TÉLÉCHARGER FILM LIFEFORCE

De quoi s'agit-il alors : une expédition spatiale est envoyée au sein d'une comète après qu'on y est détecté une anomalie. Une fois sur place, il se trouve que l'anomalie n'est autre qu'un vaisseau inerte à l'intérieur duquel l'équipe récupère trois corps dans des sortes de conteneurs. Et oui, je sais : le pitch de départ est déjà dingue ; mais sincèrement, ce n'est rien comparé à ce qui vous attend lors du visionnage de "Lifeforce"! Il est incroyable de voir comment Hopper a fait de son film un impressionnant melting-pot thématique : le film commence par une exploration spatiale faisant irrémédiablement penser à "Alien", puis bascule dans le gothique vampirique pour se poursuivre comme une enquête policière à énigmes pour enfin se terminer en invasion extraterrestre à la "Body Snatchers" avec un soupçon de zombies movie à la Romero tout en se permettant par moment de se la jouer réflexion philosophique que devient notre force vitale une fois que l'on est décédé? Mais le plus étonnant dans cet insoupçonnable gloubi-boulga, c'est que ça fonctionne et que, si on arrive à survivre à une quelconque crise d'épilepsie, on parvient à suivre le récit pour savoir ce qu'il va arriver par la suite!

Nom:film lifeforce
Format:Fichier D’archive
Système d’exploitation:Windows, Mac, Android, iOS
Licence:Usage Personnel Seulement
Taille:34.9 MBytes



Lifeforce de Tobe Hooper 14 Novembre Résumé : une navette spatiale américano-anglaise approche de la comète de Halley dans le but de voir ce qu'il se passe à l'intérieur. Ils ramènent à bord un cadavre de chauve-souris plus les trois cercueils.

La navette Columbia est lancée, et sur place, les astronautes découvrent les cadavres calcinés de l'équipage Ils sont ramenés sur Terre pour analyse. Parmi les trois humanoïdes, une femme. Cette dernière provoque l'intérêt d'un agent de sécurité de la base et lorsque la femme reprend vie, elle aspire celle du garde.

Critique : le visionnage de ce film m'a d'abord déconcerté par son affligeante nullité au niveau de la narration. Puis, après ce constat assez dur, il m'a aussi poussé à me poser plusieurs questions sur lesquelles je reviendrai plus tard. Du coup, commençons par parler du film en lui-même, un projet colossal signé par Tobe Hooper au sein de la mythique compagnie Cannon.

Et commençons d'entrée également par abordé un sujet qui prête à débat, à savoir la place de Hooper au sein du cinéma, en particulier le cinéma d'horreur. Et pour moi, c'est clair, Hooper doit tout à son 1er film, et ce n'est pas vraiment un grand cinéaste.

Alors oui, je sais ce qu'on peut dire, "Massacre à la tronçonneuse" est un chef d'oeuvre encore inégalé aujourd'hui, et cette opinion n'est pas sujette à débat. Sec, viscéral, tétanisant, ce petit film fauché garde encore aujourd'hui une force de frappe incroyable, malgré son absence de sang et de moyens.

Et puis il y a son autre grand film, "Poltergeist". Sauf que ce dernier est entaché d'un bon gros débat autour de sa paternité, de nombreuses grosses rumeurs faisant étalage de la mainmise de Steven Spielberg , producteur du film via Amblin, sur le tournage, abreuvant Hooper de story-boards ou bien étant même derrière la caméra à l'occasion de plusieurs scènes.

Et à part ça, quoi de bien chez Hooper? Personnellement, je ne suis pas fan, et ce n'est pas ce "Lifeforce" qui va me faire changer d'avis. Le film est aussi tourné en Angleterre, avec un casting local, et il y a clairement eu une carte blanche laissée à Hooper, qui a dépassé le planning de tournage et a dû faire appel à plusieurs scénaristes sur le tournage pour venir à bout de son film.

Et clairement, ça se voit. Bon, par contre, il y a eu un vrai beau boulot au niveau des décors Déjà, le film est raté d'un point de vue narratif. En effet, on commence dans l'espace avec l'équipage américano-britannique, et ça dure un peu trop longtemps pour des personnages qui, on le sait, vont finir par mourir.

D'ailleurs, ça devait être plus long mais Golan et Globus ont demandé à passer de 35 minutes à un peu plus d'un quart d'heure. Surtout, le colonel américain est mis en avant, avant de disparaître de l'intrigue. On passe donc à un docteur sur la base londonienne, qui est mis en avant. Il est accompagné par un autre protagoniste, que l'on sent assez important. Puis c'est l'évasion de Mathilda May, complètement nue mais j'y reviendrai, et qui voit l'arrivée du colonel du SAS.

On se dit alors que c'est lui le héros et que le film va se lancé. Un trio se forme, on reste sur la base et là, soudain, retour surprise du colonel de l'espace. Du coup, les deux scientifiques de la base prennent du recul, et on va donc suivre les pérégrinations des deux colonels à la poursuite de l'alien qui disparaît lui aussi de l'écran, Mathilda May n'ayant que sept minutes de présence à l'écran sur plus de minutes de film!

Vous le voyez, on a donc quatre personnages principaux qui se succèdent, et au final, on ne sait pas trop qui suivre. Les deux scientifiques sont mis en retrait, sauf un qui revient de temps en temps et pour le final, nous apprenant par ailleurs la mort de son collègue hors champ sans doute une scène coupée tandis que les colonels rivaliseront d'inertie face à la menace. Surtout le colonel de l'espace, qui offre quelques twists pas toujours bienvenus, et on se perd dans des scènes de dialogues plombantes, qui nous rappelle tout ce que l'on sait déjà à intervalles réguliers.

C'est mou, redondant et parfois long à regarder. Et puis, ultime virage, le film se teinte de mélo dans son dernier tiers, le colonel de l'espace avouant tout, notamment ses sentiments envers la charmante alien, qui a entre-temps provoqué une belle apocalypse à Londres, et il faudrait donc que le spectateur devienne d'un coup tout ému. Sauf qu'on ne peut pas croire à ce couple romantique, et que le colonel de l'espace est campé par un acteur pas du tout attachant, peinant ainsi à rendre attachant un personnage déjà pas bien folichon.

Et notre brave colonel du SAS qui regarde le tout sans jamais vraiment agir comme un putain de militaire badass. Enfin bref, c'est le bordel absolu au niveau de la narration et ça ne m'a pas aidé à m'immerger dans le film.

Par contre, c'est catastrophique au niveau mise en scène, c'est mou et sans grande ampleur, si ce n'est un peu durant l'apocalyptique final. A moins que je n'acharne gratuitement sur Hooper. Et donc, que dire après un tel nanar? Et bien déjà, suis-je vraiment objectif? Et l'aurais-je vraiment aimé si je l'avais vu ado? Pourquoi c'est un peu culte?

La poitrine, magnifique, de Mathilda May? Son côté déjanté? Je ne sais pas vraiment mais j'ai du mal à croire que j'aurai pu aimé ce film plus jeune. Alors oui, les seins de Mathilda m'aurai marqué mais franchement, est-ce que ça suffit à en faire un classique oublié? Non, pas vraiment. Objectivement, le film est mal foutu. L'équipe technique a fait un super boulot mais le scénario, déjà grandement orienté vers la série Z et la Cannon n'a pas repris le titre original du roman car ça faisait trop série B , est vraiment une calamité.

Les personnages ne sont pas attachants, campés avec mollesse, ça manque de punchlines, ça manque de rythme, ça manque de profondeur, ça vire au grotesque absolu et ce n'est pas soutenu par une mise en scène inspirée, malgré quelques plans sympas.

Peut-on conseiller ce film? Vraiment, non. J'ai presque regretté de l'avoir vu, même si c'est intéressant de le voir pour se dire à quoi ressemble une mauvaise narration. Et l'auteur du bouquin original a trouvé que c'était une adaptation désastreuse. Je laisse donc "Lifeforce" à ses adorateurs, à ceux qui ont sans doute mouillés quelques draps grâce à Mathilda, ou qui se sont imaginés un film bien meilleur qu'il n'est en réalité.

Une série Z à gros budget, qui ne se rend jamais compte que c'est un bon gros nanar. Pour moi, ça frise plus le navet.

TÉLÉCHARGER PACESTAR UML DIAGRAMMER GRATUIT GRATUITEMENT

Derniers Avis sur Lifeforce, l'Etoile du Mal

Pour écrire un commentaire, identifiez-vous Satirycon Ah Lifeforce Il n'y a pas grand chose à sauver en effet dans cette série Z, sinon le premier rôle entièrement à poil de Mathilda May, ce qui a rendu le film culte pour tous les jeunes ados que nous étions à l'époque de sa sortie en The Last Action Zero ça dépend du point de vue en fait. Puisque effectivement c'est bien un de ses plus mauvais film.

TÉLÉCHARGER FILM B13 GRATUITEMENT GRATUITEMENT

Lifeforce, l'étoile du mal

.

TÉLÉCHARGER NOSTALE BOT GRATUITEMENT

Lifeforce, l'Etoile du Mal

.

TÉLÉCHARGER ROEHSOFT RAM-EXPANDER (SWAP) GRATUIT GRATUITEMENT

.

Similaire